Pellet résineux ou feuillus : que choisir?

" Vous le prendrez plutôt feuillu, ou plutôt résineux votre pellet ? »  « Je le prendrai plutôt sec, s’il vous plaît ! » Voici ce que vous devriez répondre si on vous posait la question.

 

Les pellets, c’est quoi ?

Reprenons depuis le début, un pellet est un granulé fabriqué à base de résidus de bois compressés (essentiellement de la sciure) à l’état anhydre (qui ne contient pas d’eau).

Il existe plusieurs sortes de pellets sur le marché : les résineux, les feuillus et les mixtes (80% feuillu / 20% résineux et inversement). La variété des essences est assez large. Ainsi, pour les feuillus il y a : le chêne, le frêne, le châtaignier, l’acacia, l’eucalyptus, le teak… Tandis que pour les résineux il y a : le sapin, le pin, le cèdre, l’épicéa, ou encore le mélèze.

 

Un pellet n’est pas une bûche

Cela semble assez évident de prime abord, ne serait-ce que par les dimensions de l’un et de l’autre. Mais leurs propriétés ne sont pas les mêmes non plus, bien que tous deux soient faits de bois. En effet, si une distinction entre les bûches des résineux et des feuillus peut être faite au niveau de la densité de la matière, cette distinction perd en pertinence lorsqu’il s’agit de pellets.

Autrement dit, le rendement calorifique d’une bûche de feuillu sera meilleur que celui d’une bûche de résineux. Car, d’une part, la feuillue est plus dense que la résineuse, donc il lui faudra plus de temps pour se consumer, d’autre part, la résineuse est naturellement plus humide que la feuillue, ce qui rend sa combustion un peu plus compliquée.

En revanche, puisque sous la forme de pellet le bois est compressé et totalement asséché, la densité et l’humidité sont identiques d’une sorte à l’autre. Cet état des choses implique que le pellet issu d’un bois résineux présente alors le meilleur pouvoir calorifique des deux. En termes de chiffres, le pouvoir calorifique d’un résineux est de 5,3 KWh/Kg, alors qu’il est de 5,1 KWh/Kg pour un feuillu en moyenne. Cette différence n’est toutefois pas très significative et est donc peu perceptible au moment de la combustion.

 

 

Quels sont les facteurs différenciant alors les résineux et les feuillus ?

 

Les liants

 

Selon qu’ils soient 100 % résineux, mixtes ou 100 % feuillus, la cohésion des pellets ne se fait pas de la même manière. Pour pouvoir exister sous forme de granulés, les poussières de bois doivent tenir ensemble. Quand il s’agit d’un bois résineux, c’est précisément la résine qui joue ce rôle de liant, idem pour les pellets mixtes, ce qui lui donne par ailleurs cet aspect brillant. 

Par contre, pour pouvoir fabrique des pellets de feuillus, des colles ou des agents liants artificiels seraient nécessaires pour garantir leur cohésion, ainsi que des additifs pour assurer une combustion similaire à celle des résineux. Ces produits chimiques ont de nombreux inconvénients : leur toxicité pour la santé quand ils sont brûlés et l’encrassement du système de chauffage

C’est pour cette raison que les pellets mis sur le marché ne sont jamais à 100 feuillus mais contiennent toujours 20% minimum d’essence d’arbres résineux pour permettre de lier les sciures entre elles. 

 

L’encrassement

 

Comme signalé ci-dessus, les pellets de feuillus sont susceptibles d’encrasser beaucoup plus rapidement le poêle et d’accélérer son usure.

Quant aux pellets de résineux, ceux-ci sont beaucoup plus propres. Et, contrairement aux bûches qui se consument lentement dans les feux ouverts et voient leur résine s’évaporer et se transformer en dépôt graisseux inflammable dans le conduit de cheminée, les pellets subissent une combustion complète, résine comprise, grâce à la soufflerie du poêle.

 

L’humidité

 

Nous en arrivons au nœud du problème. Le facteur le plus important dont il faut tenir compte n’est autre que le taux d’humidité du pellet. Plus le pellet sera proche d’une humidité de 0%, plus il aura un grand pouvoir de combustion. Une bonne combustion est synonyme de chaleur, de peu de cendres, et par conséquent de peu d’encrassement. La valeur du taux d’humidité doit idéalement se situer sous la barre des 10%. Les données sont indiquées sur le paquet et sur notre site dans la fiche technique du produit. 

D’autre part, il faut veiller à ce que les pellets soient correctement entreposés afin qu’ils n’absorbent pas l’humidité venant de l’extérieur.

 

 

Pellet feuillus ou résineux : que choisir au final ?

Finalement, le plus important reste de vérifier le taux d’humidité (- de 10%) du pellet que vous allez acheter et de s’assurer que le pellet bénéficie d’un label de qualité.

Différentes normes et certifications existent et vous garantissent la qualité du combustible pour les granulés de vois à usage industriel et domestique.

Si les deux conditions sont au rendez-vous, le type d’arbre dont est issu la sciure du pellet présente peu d’importance. Cela sera alors à vous de voir ce qui vous convient le mieux après avoir essayé différentes sortes.

 


Vos coordonnées :

Votre nom :
Votre email :
Coordonnées de vos ami(e)s :
Nom : Email :
 

Restez informé de nos meilleurs plans, abonnez-vous à notre newsletter

Blijf op de hoogte van onze promoties, abonneer u op onze nieuwsbrief